Psychologue couple à Lyon 01

Le COUPLE en THÉRAPIE

Si l’on consulte un psychothérapeute, c’est que la vie de couple peut engendrer des souffrances, chez l’un et chez l’autre.

Mais de quoi souffre-t-on lorsque l’on a mal au couple ?
En matière de souffrances liées au couple, certaines peuvent être dues à la relation à l’autre, d’autres au sentiment d’appartenance au couple.
La fonction première de la relation amoureuse est de renforcer l’identité de chacun, de se sentir reconnu dans son identité sexuée, se sentir exister dans le miroir tendu par l’autre. Au-delà de la relation à l’autre, le sentiment d’appartenance à l’entité « couple » engendre le sentiment de vivre une forme de sécurité affective, d’entraide, de solidarité au sein du couple et dans les relations au monde.

Le couple, comme entité réelle et imaginaire, renvoie à des attentes fortes pour chacun dans le couple. Ces attentes peuvent être semblables mais aussi différentes, elles sont liées à chacun comme être  singulier, qui a son histoire psychologique individuelle et intime. À la relation interpersonnelle se superpose la relation qui contient le couple, celle qui passe par l’appartenance commune à un tout, une « maison couple » : un partage avec l’autre de valeurs, de croyances, de buts, d’intérêts qui créent une communauté réelle et psychologique.

Les problèmes rencontrés sont souvent liés à des déceptions par rapport aux attentes de chacun de la vie de couple. Frustrations, défaillances, déceptions, découlent de ce que l’un et l’autre donnent d’eux-mêmes au couple.
L’analyse de ces liens conscients et inconscients que chacun entretient au sein du couple peut favoriser une lecture autre des problèmes vécus.

La mise en mots peut favoriser un espace d’écoute l’un de l’autre, dans ce qui est considéré comme les difficultés les plus importantes que traverse le couple (qui peut différer chez l’un et l’autre, mais que chacun peut exposer avec ses mots, ses émotions).
Pour que le problème cesse l’autre doit changer : l’espace de la psychothérapie est de favoriser des visions alternatives de la crise du couple ou chacun, en somme, pourra considérer la situation avec d’autres lunettes, donc d’enrichir sa perception.